Juin 05

2 bateaux du YCPL sur les podiums pour l’ASCENSION

Pour une première ce fut une grande première ! Galéjade remporte le classement scratch à La ESCALAGDE.

Bernard nous fait vivre sa course dans un récit au cœur de l’évènement :

« Départ du Brescou à 10 h 00 avec 39 concurrents dont un Espagnol venu spécialement de La ESCALA. Des conditions très molles au départ, Galéjade se positionne en deuxième place derrière le COMET 45 espagnol. Le vent est faible, impossible d’utiliser le spi et donc nous faisons « pieds légers » à la gite sans perdre de vue l’espagnol. Le vent arrive enfin de l’est nous mettons le spi asymétrique, l’espagnol s’envole brutalement le moral baisse subitement. Notre spi tire bien et nous permet de contenir nos poursuivants composés en grande partie de 36/40 pieds. La descente vers la Sea Line se fait à une vitesse moyenne de 6,5 nœuds, nous passons la Sea line en deuxième position derrière l’espagnol qui nous distance de plus en plus. Passé la Sea Line nous sommes au pré, et un First 40.7 (Nonette) nous passe, impossible de lui résister, ce dernier passe la marque POEM devant nous avec près d’un mille d’avance. Un Dufour 40 nous attaque maintenant à notre vent, nous décidons de le lofer pour l’empêcher de nous passer, il finit par renoncer et tente un dépassement sous notre vent. Mauvaise décision… on le distance progressivement car il n’arrive plus à lofer et doit abattre de plus en plus. Le vent monte à 22 nœuds apparent en vue du Racou, Nonette le FIRST40.7 est maintenant  à plus d’un mille devant, et nous décidons de le marquer car on ne voit plus du tout l’Espagnol. Nous enchaînons les virements derrière lui près de Baynuls, Cerbères. Nous le surveillons à la jumelle pour voir ses allures et à un moment il fait l’erreur de s’enfoncer trop près de la côte au nord de la Selva. Il s’en rend compte et vire, mais là il est obligé d’abattre fortement pour avancer, et de ce fait, il se rapproche de nous qui sommes toujours au pré serré. Nous le laissons se rapprocher, puis décidons de virer vers le large, en direction du Créous.

Arrivé près du Créous il est minuit dix ; le vent faiblit et puis brutalement l’alarme du pilote auto se déclenche suivie d’une extinction du GPS graphique. Les feux de route faiblissent aussi, la batterie de servitude nous lâche. Heureusement j’avais apporté ma tablette ce qui nous permet de nous situer précisément dans cette zone pleine de cailloux. Nous passons le Créous derrière Nonette, le 40.7. A cet instant nous jouons la deuxième place, imaginant l’Espagnol déjà au lit depuis longtemps. Nous envoyons le spi asymétrique, Nonette envoie son symétrique, nous marchons mieux que lui sur cette amure et arrivons à le dépasser. Le vent monte et nous fonçons dans le noir sous spi vers La ESCALA à 7,5 nœuds en surveillant nos arrières. Les feux de navigation sont maintenant très faibles, il nous tarde d’arriver. Enfin l’arrivée à La ESCALA à 2 H 10’ 58’’ les marinéros sont là pour nous accueillir avec un zodiac et nous dirigent vers notre emplacement. A ce moment là nous pensons être second car en passant devant le bateau Espagnol dans le port, ce dernier est bien rangé et personne à son bord.

Tout le monde se met au lit après avoir bu un verre de champagne pour fêter l’anniversaire d’un de nos équipiers. Le vendredi c’est journée libre les retardataires arrivent petit à petit, certains abandonnent devant La Escala par manque de vent.

Vers midi arrive un « messager » porteur de la bonne nouvelle ! Nous sommes premier, l’Espagnol n’a pas sauvé son handicap malgré que nous soyons arrivés près de 45 minutes derrière lui en temps réel, Nonette le First 40.7 est troisième.

Le samedi c’est une régate côtière, un aller retour de 16,5 milles le long de la côte, entre La ESCALA et Ampuria Brava. Nous partons le plus dégagé possible à la bouée car pour cette régate les Espagnols locaux nous ont rejoint et c’est 60 bateaux qui se sont présentés sur la ligne de départ. C’est très chaud à la bouée de dégagement, nous sommes 4éme derrière des gros bateaux. Le spi asymétrique est envoyé et nous remontons petit à petit chaque bateau sauf un J70 qui marche du feu de dieu. Il passe la bouée en tête, nous le suivons derrière, puis c’est la remontée au pré. Nous tenons le pré serré, à cette allure les gros 40 pieds nous remontent ainsi qu’un DUFOUR 36 performance. A l’arrivée nous sommes 5ème en temps compensé, un peu déçu par l’emplacement de la ligne d’arrivée qui au départ devait être la même que celui de la ligne de départ. En fait l’arrivée à été décalée vers la côte, ce qui  n’était pas prévu lors du briefing. Nous avons fait du pré serré pour rien, alors que nous aurions pu faire ce parcours au débridé.

Enfin qu’importe nous faisons la première place au scratch.

Après la remise des prix, un repas en plein air nous attendait, et c’est tard dans la soirée que nous avons rejoint nos couchettes pour une nuit de rêves plein la tête et d’étoiles scintillantes plein les yeux.

Esperanza se classe 3ème au Triangle du Lion

Les amis de Georges… au Triangle du Lion

« Les amis de Georges on les reconnaissait à leur manière de n’être pas trop pressés »

Dit la chanson…

Sauf qu’au Triangle du lion ce sont eux qui sont montés sur la 3ème marche du podium !

Une nouvelle distinction pour le Yacht Club de Port Leucate ; Marc Henry de Villeneuve et son Grand Soleil 45 se classe 3ème sur l’édition 2017 du Triangle du Lion. Organisée par la Société Nautique de la Côte Vermeille de Port Vendres, cette course a conduit les participants jusqu’à Sète avec au retour une étape à Port Leucate.

 

La participation de « Solent » le Pogo de « Georges », d’Esperanza le Grand Soleil de Marc  et de 2 autres bateaux « amis » a grandement animée cette édition 2017 !

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.ycpl.fr/wp/2-bateaux-du-ycpl-sur-le-podium/