Revenir à REPORTAGES

Régate RUTA DE LA SAL 2018 : 2 vaillants bateaux du YCPL l’ont faite

Deux bateaux arborant fièrement le guidon du YCPL : SCIA PAOLINN’A et SUPER MARIO ont participé lors du week-end de Pâques à cette fameuse régate dont c’était la 31ème édition et qui amène ses participants de Port Ginesta, au Sud de Barcelone, à Sant Antoni de Portmania, au Sud d’Ibiza.

Deux autres parcours sont courus de Denia et du Nord de Majorque.

Scia Paolinn’a, un Grand Soleil 40, skippé par Guy avec son équipage habituel : Clarisse, Pascal et Patrice.  Jean-Pierre, bloqué par un malencontreux mal de dos, n’ayant pas pu venir.

Super Mario, Un Grand Soleil 37 skippé et acquis récemment par Manu Aguilar et Paulo avait recruté : Nicolas, Pablo et Brix.

C’était, en quelque sorte, un duel fratricide mais néanmoins amical entre les anciens et les modernes !!

C’est le dimanche 25 mars qu’à l’aube nous avons quitté Port Leucate. Il a fallu franchir l’imposante barre qui bloquait l’entrée du port par une forte houle d’Est. Ce passage en force a entraîné la brusque envolée de Clarisse vers le plafond de la cabine, elle qui dormait sagement dans la cabine avant, aimablement dispensée par le capitaine des manœuvres de départ.

Guy à la barre après le Creus

Le reste de cette descente au moteur vers l’Espagne fut tout aussi mouvementée, tant la houle était forte. Passage du Creus avec 3 m. de creux, et 12 heures de tambour de machine à laver dans le carré. Après une nuit à Palamos, la navigation fut plus tranquille toujours au moteur mais par beau temps avec cependant quelques tendances à l’orage vers le soir à Barcelone.

2 jours tranquilles à Ginesta, grand beau. Le mercredi, les pontons et quais se sont remplis de régatiers de toutes origines. Quelques très beaux bateaux jusqu’à 64 pieds, des étalages de jeux de voiles. Le soir apéro au son d’un petit orchestre et briefing (en espagnol). Heureusement Manu le parle couramment. Comme les verres officiels n’étaient pas très remplis, les équipages se sont retrouvés sur Scia Paolinn’a où Guy avait préparé sa mixture habituelle composée (essentiellement !) de jus de fruits !!!.

Jeudi 29 mars, le jour J : Pétole. Le départ est reculé d’une heure. A 11h. pile, bon départ. 5 à 7 nœuds de vent . Les 2 bateaux sont bien partis, Manu et Paulo plus au Sud. Extraordinaire rencontre si près de la côte au départ : un cachalot repéré par son souffle, puis son dos qui plonge. Egalement des ballets de dauphins accompagnent les étraves. Vent, pétole puis jusqu’à 15 nœuds de N/E, on suit bien, au près, la ligne idéale. Dans la nuit, Après une longue accalmie et 0 nœud de vitesse, le vent se lève fort, jusqu’à 35 nœuds, avec prise de 2 ris et génois à demi enroulé. Un seul virement est nécessaire pendant la traversée.

Jusqu’à l’arrivée, les 3 régatiers de Scia Paolinn’a, s’alternant à la barre,  se sont faits tremper dans le cockpit, il a été calculé par l’organisateur jusqu’à 4,50m de creux, tandis que Clarisse avait l’impression que le carré se transformait en shaker. Elle a reçu la casserole d’eau bouillante de cuisson des spaguettis sur les jambes (brulures pas graves), elle a même été projetée au travers de la cabine avec l’assise du siège de la table à carte, et par ailleurs, a accueilli brutalement sur le thorax Pascal auquel elle a (méchamment) suggéré de perdre du poids !!.

Il paraît que les mêmes difficultés régnaient sur Super Mario qui dit avoir rencontré 45 nds de vent après une pétole de près de 2  heures, heures interminables.

Les mêmes conditions extrêmes ont perduré jusqu’à l’arrivée à midi pour Scia Paolinn’a, une heure plus tard pour Super Mario. De nombreux participants sont arrivés encore bien après. Mais certains étaient arrivés bien avant !!!

Grosse sieste, petite balade, diner à bord et dégustation de quelque breuvage (pour les hommes !) sur Super Mario avant d’aller dormir.

Le lendemain, il fait grand beau mais le vent souffle très fort, on se croirait à Leucate !!  On se coince dans les bateaux, Pascal monte ses vidéos, Guy bricole, Clarisse est sur sa tablette, Patrice sur son téléphone.  Les jeunes n’ont pas encore apparu.

Les résultats affichés donnent au réel Guy 26ème et Manu 16ème, sur plus de 85 bateaux dans ce parcours, c’est très honorable.

Super Mario

Avant la cérémonie des résultats, une petite balade au soleil le long de la rive aspergée d’embruns de cette station balnéaire d’Ibiza sans beaucoup d’intérêt, si ce n’est sa belle marina et son somptueux club nautique.

Un apéritif  a permis de retrouver tout le monde. Puis la cérémonie de remise des trophées a  lieu sous une grande tente bondée. Après les discours officiels, impossible d’énumérer la quantité de prix remis, tant par parcours, que par catégorie.  Enfin arrive le moment que nous attendions : la remise du 2°prix de la catégorie Alpha 2 à Super Mario. Les 5 boys épanouis ont été justement récompensés pour leur belle performance.  Scia Paolinn’a arrive 6°, un peu déçu, mais avec le sentiment de ne pas avoir démérité.

Dans le restaurant du Yacht Club, luxueux mais beaucoup trop petit, un buffet tout espagnol fut servi, très honnête, sachant qu’il y avait au moins 1000 personnes à sustenter ( et oui, plus de 220 bateaux pour les 3 manches, et certains avec jusqu’ à 12 équipiers !!).

Les jeunes ont longuement poursuivi la soirée et même la nuit dans quelque lieu mal famé. Les anciens rentrés au bercail afin de reposer leurs membres endoloris.

 

Retour le dimanche à 9h. avec traversée sans problème, d’abord au moteur puis sous spi  avec 12 à 14 nds de vent accompagnés de dauphins dansant dans une mer plate et argentée par la lune presque pleine. Puis moteur. Arrivée lundi vers 11h. et redépart en voiture pour les vaillants travailleurs, à savoir Pascal, Nicolas, Pablo et Paulo.
Scia Paolinn’a et Super Mario ont repris la mer, moteur et mer plate. Relâche et bon restaurant à Arenys.

Mardi, les conditions ne sont pas terribles. Houle très forte et vent de Sud Est. On passe quand même à la voile le Cap Creus sans trop de difficultés. Le vent forcit brusquement, toute la voile est dessus . Manœuvre d’affalage délicate pour Scia Paolinn’a, l’écoute de génois sort de son rail et s’embobine autour de l’autre. Finalement on réussit à affaler et à rejoindre le petit port de Port Bou, très bien  abrité de l’Est.

SNSM Catalane

Retour le lendemain pour les 2  bateaux sur Leucate, mi voile, mi moteur,  atteint en début d’après midi, avec bonne houle et temps très brumeux. Le repêchage d’une voile de kite, prise d’abord pour une survie, a donné lieu à un échange entre un FALCON nous rasant de près et Guy sur le 16. Rien de grave heureusement.

Finalement, que retenir de cette épopée : que les conditions en mer ne sont jamais ni prévisibles, ni faciles.  La première fois que Scia Paolinn’a a fait cette régate, il y a plusieurs années, partis à 10h., nous franchissions la ligne d’arrivée à 1h. du matin (13 h. de régate)!   L’année dernière, il avait fallu 43 h. de pétole  (Guy était arrivé 3ème) et  cette année nous avons mis 25 heures.  25 heures de quasi galère, mais quel plaisir d’être arrivés en place honorable et puis simplement, malgré les moments difficiles, quel plaisir de naviguer !!!

A l’année prochaine…peut-être.

Et pour continuer à rêver : belles VIDEOS  des studios ESTIBET et tracés des parcours suivis par nos aventuriers du YCPL : cliquez ICI

Lien Permanent pour cet article : http://www.ycpl.fr/wp/recits-croisieres/regate-ruta-de-la-sal-2018/